La Chronique de Cindy Pomares : Retour sur les Championnats d’Europe La France a brillé sur les Championnats d'Europe, de quoi offrir à la chronique de Cindy Pomares un sujet complet pour cette 7e édition. Photo : Cor Vos

Bienvenue dans ma chronique spécialisée sur le cyclisme féminin. Si vous êtes prêts, alors gonflez vos boyaux, car nous allons plonger dans l’analyse des Championnats d’Europe du mois dernier. Cette nouvelle chronique a été retardée par une vilaine chute et une explosion de mes boyaux personnels (enfin, ceux de mon vélo, rassurez-vous).

Je vous ai donc quitté avec les jambes qui pétillent après une expérience en WT sur Plouay (Chronique 6 : L’excitation du World Tour) et je vous retrouve avec les jambes forcées à l’arrêt à cause d’une plaie profonde à l’épaule suite à une lourde chute en Belgique lors de l’étape Binche Chimay Binche.

Les risques du métier, dira-t-on ; le quotidien des cyclistes, jongler entre les hauts et les bas, entre la recherche de la vitesse et la réalité brutale du bitume.

Retour sur les Championnats d’Europe et les sacres français

Pour cette nouvelle chronique, j’avais l’envie de revenir sur les Championnats d’Europe sur route aux Pays-Bas. C’est déjà loin, me direz-vous. Loin pour les cyclistes qui ont troqué leurs boyaux de 25 pour un peu plus de crampons et de grips sur les chemins boueux. Loin aussi pour ceux ayant rangé le vélo au placard pendant quelques semaines pour siroter davantage de cocktails après une indigestion de boissons énergétiques.

C’est déjà loin, mais cela mérite un petit retour en arrière.

Avant de plonger dans la partie purement féminine, impossible de passer à côté du coup de chapeau de Christophe Laporte. Pour les fins connaisseurs ayant suivi la course féminine de la veille, Christophe Laporte n’aura fait « que » retranscrire une offensive à 12 km de l’arrivée, copiant l’arrivée victorieuse de la Néerlandaise Mischa Bredewold et résistant avec brio aux sprinteurs Wiebes (F) et autres Van Aert (H).

Christophe Laporte sacré Champion d'Europe 2023 au Col du VAM
Incroyable Christophe Laporte, parti à plus de 10 kilomètres de l’arrivée, qui a résisté au retour de Wout van Aert pour devenir Champion d’Europe. Photo : Cor Vos

En ce qui concerne la partie mixte, la France a endossé le plus beau des maillots et fait retentir l’hymne national. (Comme quoi en alliant les compétences des Hommes et des Femmes, on peut faire de grandes choses : vaste sujet..). Cette épreuve a mis en avant une équipe homogène, déterminée et engagée dans cette épreuve particulière et particulièrement stressante pour les spectateurs (je ne vous parle même pas des mécaniciens dans les voitures…). On notera bien évidemment que le forfait de Stefan Kung a ouvert une petite porte, mais la France a su saisir la clé. Les aléas du cyclisme sont parfois à prendre, parfois à subir. (France 1 VS 0 Suisse )

Au-delà de l’équipe soudée, ce titre de Champion d’Europe de contre-la-montre mixte vient récompenser et valider la belle paire Thomas Voeckler / Paul Brousse. Ce dernier a même versé sa petite larme, pour le plus grand plaisir de France TV !

Passons maintenant aux épreuves féminines !

France championne d'Europe 2023 relais Mixte Audrey Cordon-Ragot, Cédrine Kerbaol, Juliette Labous, Bruno Armirail, Rémi Cavagna et Benjamin Thomas
La France a remporté les Championnats d’Europe 2023 de relais mixte. Photo : Cor Vos

Le bilan féminin au Col du VAM

Rapidement, on peut dire que les Juniors ont fait du bon travail (5 dans le TOP 15, dont 3 dans le top 8), mais que les U23 ont rencontré des difficultés. Des ennuis mécaniques, des problèmes physiques et peut-être des erreurs tactiques ne leur ont pas permis de prétendre à un Top 10.

Il faut savoir que beaucoup de filles U23 évoluent maintenant dans les équipes UCI voire World Tour. Elles sont douées et… expérimentées, ce qui rend ce championnat d’un très haut niveau (à l’instar d’une Zoé Backstedt ou d’une Fem Van Empel).

Pour info, petite comparaison sur le segment de la dernière montée du VAM Kassei (500m à 6,7%) :

  • sur la course Elite Femmes : Lorena Wiebes (2e) & Anna Henderson (5e) : 1’11
  • sur la course U23 : Linda Zanneti (3e à 1sec) : 1’19

Sur l’épreuve phare, on notera, là encore, une équipe de France soudée. Et même si les maillots FRA, ne sont pas des plus saillants et les plus faciles à reconnaitre, ce championnat a mis en lumière :

  • Gladys Verhulst, très active sur le début de la course avec plusieurs offensives.
  • Aude Biannic, qui a été un lien primordial entre les filles pour prévenir de la chute de Victoire Berteau, sans les oreillettes.
  • Marie Le Net, Audrey Cordon Ragot, Jade Wiel, et Maëlle Grossetête en soutien tout au long et dévouées pour le meilleur résultat de l’équipe de France.
  • Victoire Berteau, qui semblait être désignée comme leader après avoir démontré une belle forme et une compatibilité avec ce parcours punchy aux conditions venteuses et humides. Hélas, elle a connu une mauvaise chute, sans gravité, mais qui a un peu redistribué les cartes. Les aléas du cyclisme sont parfois à prendre, parfois à subir. (Tiens donc, nous y revoilà… France 0 VS 1 Pays Bas)
  • Et quand on parle de switch, c’est Juliette Labous, coureuse de talent, qui a su prendre le leadership et se battre avec les meilleures jusqu’à cette dernière montée finale du VAM Kassei.

Alors, pas de podium sur la course Elite Femmes, mais de quoi faire une petite chronique et voir la suite avec ambition. Il parait qu’en 2024, un gros évènement se prépare…

La saison s’est donc terminée ainsi, entre satisfactions et déceptions pour certaines, entre applaudissements et pansements pour d’autres. Quoiqu’il en soit, la coupure est bien méritée pour toutes (et tous).

À très vite, pour de nouvelles chroniques au gré des pédales.

Pour rappel, mes chroniques n’engagent que mon clavier.

Toutes les actualités