Cian Uijtdebroeks : « Travailler sur mes faiblesses » Cian Uijtdebroeks sera au départ de Tirreno-Adriatico 2024 avec pour objectif la préparation au Tour d'Italie 2024. Photo : Cor Vos

Cian Uijtdebroeks sera au départ de Tirreno-Adriatico 2024 avant tout pour se tester sérieusement en vue du prochain Tour d’Italie (04-26/05) qui constituera l’objectif majeur du jeune grimpeur belge de la formation Visma-Lease a Bike.

Cian Uijtdebroeks (21 ans) sera au départ de Tirreno-Adriatico 2024 ce lundi 04 mars avec pour ambition principale la montée en puissance en vue du Tour d’Italie (04-26/05) qui sera l’objectif numéro 1 du coureur de la formation Visma-Lease a Bike en 2024. Au micro de Wielerflits, Cian Uijtdebroeks est revenu sur son début de saison et ses aspirations pour Tirreno-Adriatico 2024.

Cian Uijtdebroeks : « Orienté vers la fin du mois de mars et le Giro »

Cian Uijtdebroeks a pris la 5e place finale lors du récent O Gran Camino 2024 remporté par le Danois Jonas Vingegaard. « Nous n’avons pas cherché à être devant, nous étions là où nous voulions être. Tout est plus orienté vers la fin du mois de mars et le Giro. Nous construisons notre condition petit à petit. Jusqu’à maintenant, nous nous étions surtout concentrés sur la condition physique de base. Nous avons commencé à nous entraîner de manière complètement différente, sur le contre-la-montre mais également sur l’explosivité. Nous avons commencé à travailler sur mes faiblesses. Cela signifie que mes points forts ne sont pas au top en ce moment, mais que ces faiblesses se sont améliorées. Maintenant, il s’agit d’améliorer encore les points forts, pour ensuite passer aux grands objectifs. »

Cian Uijtdebroeks : « Nous constatons une évolution positive« 

« Les données et les valeurs, comme mon VO2max, se sont améliorées. Nous constatons une évolution positive. Il s’agit maintenant de voir comment cela se passera en compétition. Je participe d’abord à Tirreno-Adriatico, qui est un test pour le contre-la-montre, puis au Tour de Catalogne. L’objectif est vraiment de faire la meilleure course possible, comme une étape intermédiaire vers le Giro. Il ne s’agit pas d’y être au maximum de ses capacités, mais d’être déjà très bon. Après cela, je retournerai en altitude et le Giro suivra. »

Toutes les actualités