Valentine Fortin : « Je souhaite faire mieux en World Tour » Valentin Fortin est la coureuse française la plus prolifique en 2024 avec 4 victoires. Photo : Nicolas Vaucouleur

J’ai l’honneur d’écrire ces quelques lignes sur une des pépites du cyclisme français, selon moi : Valentine Fortin. Pas de celles, qui ont 13 ans ½ et descendront de selle avant même d’avoir passé la vingtaine. Non, elle fait partie de celles qui tracent leur propre chemin, qui travaillent dur, progressent et accumulent les victoires au fil des années, avec une approche pleine de détermination et rigueur.

Que ce soit sur la piste ou sur la route, la pointe de vitesse de Valentine Fortin est à la fois remarquable et remarquée. Elle incarne l’archétype de la coureuse à la « Vista », une combattante habile et une fine tacticienne qui a réalisé une fin de saison 2023 particulièrement exceptionnelle avec 7 top 10 sur ses 8 dernières courses, dont 2 victoires sur le Grand Prix International d’Isbergues et A travers les Hauts de France.

Valentine Fortin a également joué un rôle clé pour son équipe Cofidis, contribuant de manière significative à la quête de la Wild Card (le Top 2 au classement Equipe UCI permettant des invitations privilégiées sur les plus grandes épreuves World Tour pour la saison 2024). Elle a marqué des points cruciaux affirmant ainsi son impact indéniable.

Son palmarès s’étoffe donc, un peu plus rapidement que sa renommée, mais sa deuxième participation aux Jeux Olympiques sur Piste et ses duels acharnés sur l’anneau contre la redoutable Lotte Kopecky se multiplient et appellent à d’autres combats sur la route. Cela devrait lui permettre rapidement de gagner la reconnaissance qu’elle mérite.

Valentine Fortin et ses quatre victoires en 2023

Quel est ton bilan personnel sur ta saison ?

Valentine Fortin : « Sincèrement ce fut une très belle saison, que ce soit sur la piste ou sur la route : une saison pleine, qui montre que le travail paye. Je ne pensais pas être à ce niveau dès ma 2e année professionnelle. Cela laisse une belle vision et une grande ambition pour les prochaines années ».

L’analyse de Cindy Pomares : Valentine s’affirme comme une coureuse capable de remporter des courses UCI sur route et de rivaliser avec les plus grandes sur la piste. Réaliser une saison aussi réussie en 2023 ne peut être qu’un moteur inspirant à l’approche des Jeux Olympiques.

Tes plus grandes satisfactions / déceptions ?

Valentine Fortin : « La plus grande satisfaction est l’ambiance et la cohésion dans l’équipe Cofidis cette année. L’entente a été vraiment très bonne. On a réussi à travailler beaucoup mieux ensemble par rapport à l’année dernière, où nous apprenions à nous connaître et où nous avions un peu plus de difficultés à fonctionner ensemble lors des courses ».

« En termes de résultats, la médaille d’argent en élimination au Championnat du monde est vraiment magnifique. Je pense que faire mieux aurait été compliqué, face à une Lotte Kopecky imbattable. Je suis donc très satisfaite de cette médaille. À cela s’ajoute une médaille de bronze en Poursuite par équipe (avec Marion Borras, Victoire Berteau, Clara Copponi, Marie Le Net) ; elle a été très difficile à obtenir, mais nous avons montré que nous pouvons être sur le podium mondial deux années de suite, ce qui est plus que positif à la veille des Jeux Olympiques. »

« Côté déception, évidemment, je souhaite faire mieux en World Tour, mais sincèrement, je n’ai pas tant de déceptions que cela. Il y a clairement plus de satisfactions que de déceptions, du moins cette année. »

L’analyse de Cindy Pomares : Il est évident que l’équipe Cofidis a gagné en envergure cette saison, particulièrement sur le front des Classiques et des courses de fin de saison. Lorsque l’harmonie règne dans le bus, les performances sur le vélo sont bien meilleures, et le classement UCI aussi !

Photo : Valentine Fortin

Valentine Fortin franchit un cap à 24 ans

Tu as fait une sacré belle saison sur Piste & Route (imbattable sur la fin de saison!), à quoi attribues tu cette progression ?

Valentine Fortin : « Tout simplement le travail, la détermination, la rigueur. Ce que j’ai mis en place depuis le début de ma carrière. J’ai fait énormément de préparation mentale depuis 1 an et demi, et je pense que c’est un aspect qui m’a énormément aidé. J’ai réussi à trouver de la sérénité lorsque je montais sur mon vélo, et c’est un état d’esprit qui me fait beaucoup de bien et qui me permet de jouer les premiers rôles très fréquemment ».

« J’ai enchaîné rapidement sur la route après les Championnats du monde sur piste. J’ai simplement passé trois jours chez moi avant de repartir pour la fin de la saison sur route. Avec 7 top 10 sur 8 courses, le seul bémol étant à Plouay, mais c’est une course très exigeante et j’étais un peu diminuée physiquement. C’est juste du travail acharné ! »

L’analyse de Cindy Pomares : Valentine a la tête sur les épaules et place le travail avant le mérite. Elle met en exergue le travail de préparation mentale qui semble être le combo gagnant. Quelqu’un a déjà essayé de mettre des mots sur ce qui se passe dans la tête d’une coureuse à l’approche d’une arrivée au sprint ?

Ne regrettes-tu pas quelques sélections sur route en équipe de France ? Notamment les Europes 2023 ?

Valentine Fortin : « C’est sûr que j’avais fait part à Paul Brousse (sélectionneur EDF) de mon intérêt pour le parcours des Championnats d’Europe, mais sa stratégie s’est orientée autour de Victoire Berteau. En tenant compte du tracé et de la première partie propice aux bordures, il a préféré sélectionner des rouleuses avec des gabarits plus imposants que le mien. Je respecte entièrement son choix ».

« À la fin de la course, bien sûr, on se dit que c’est dommage, j’aurais pu accompagner Victoire et réaliser une belle performance, étant donné ma forme du moment. Cependant, la décision de Paul est respectée, et d’autres opportunités se présenteront. »

L’analyse de Cindy Pomares : Pas de doute sur les prochaines sélections Piste ! et peu de doute sur les prochaines sélections route…

Ta meilleure coéquipière 2023 ? (Sur plan perso, sportif, affinité ou autre..)

« Sans hésitation : Victoire Berteau ! Je la côtoie chez Cofidis et en équipe de France. Notre amitié a considérablement évolué au cours de ces deux dernières années. Elle est vraiment devenue une très bonne amie. Je n’ai pas vraiment les mots pour la décrire, elle a été un soutien essentiel pour moi cette année ; et sincèrement, mes quatre victoires sans elle, il n’y en aurait pas une seule (peut-être une, mais honnêtement, elle a été indispensable sur ces victoires). »

L’analyse de Cindy Pomares : Mon regard attentif « en inside » dans les courses partagées (lorsqu’il est encore lucide) confirme les dires de Valentine Fortin, car elles sont fréquemment ensemble dans le peloton. Il est probablement encore plus aisé de repérer sa coéquipière lorsque celle-ci arbore le maillot Bleu / Blanc / Rouge !

Valentin Fortin a couru une saison pleine en 2023 avec l’équipe Cofidis et les résultats à la clé. Photo : Nicolas Vaucouleur

Quels objectifs en 2024 ?

Comment vas-tu gérer la préparation piste par rapport à la route (en sachant que Cofidis va sûrement avoir la wild card et de nombreuses invitations sur route…) ?

Valentine Fortin : « Depuis deux ans, avec Cédric Vasseur, Arthur Quilliec, Gael Le Bellec, puis avec l’arrivée de Mélanie Briot, l’équipe Cofidis a été extrêmement compréhensive quant à mon double projet Piste / Route que je partage avec Victoire au sein de l’équipe. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles j’ai choisi Cofidis. Il est crucial pour nous d’avoir une stabilité émotionnelle et une bonne entente entre la Fédération et les équipes, car cela n’est pas toujours le cas. Nous avons vraiment de la chance ».

« Mon programme se dessine actuellement avec une reprise sur Piste lors des Championnats de France et d’Europe début janvier. Ensuite, je me concentrerai sur la route jusqu’à avril, sans compétition sur piste, mais avec quelques stages. En avril, il y aura la Coupe du Monde sur piste à Hamilton, puis en mai-juin, je me tournerai à nouveau vers la route. Le calendrier n’est pas encore totalement fixé, nous attendons les détails lors du stage en décembre. »

« Mais il est clair que l’obtention de la wild card sera certainement une opportunité géniale, ouvrant de nombreuses portes. Par exemple, je pense que la Vuelta en mai pourrait être un bel objectif, mais tout cela reste à confirmer. »

Quel est ton pourcentage d’entrainement sur Piste pour les Jeux Olympiques ? As-tu possibilité de t’entraîner sur piste en dehors des stages en équipe de France ? Et la Track Champions League ; une volonté ou non d’y participer ?

Valentine Fortin : « Il est difficile de donner un pourcentage précis de mon entraînement sur piste, mais lorsque je suis chez moi à Grenoble, je ne pratique absolument pas la piste. Je privilégie la route, la musculation, et l’entraînement sur home-trainer (en fonction de la météo). Mais pour tout ce qui est intensité comme sur la piste (ex PMA), j’arrive vraiment à la reproduire sur la route. Nous avons beaucoup de stage à Saint-Quentin-en-Yvelines et à Roubaix qui sont essentiels en termes de tactique et de technique pour la préparation de la Poursuite par Équipes ».

« Quant à la Track Champions League, c’était une volonté de ma part. Après avoir remporté la médaille d’argent aux championnats du Monde, j’ai été invitée. Mais l’année 2023 a été très chargée, de janvier à fin octobre, et poursuivre jusqu’à mi-novembre aurait été compliqué pour moi. J’avais besoin de prendre des vacances. Ma décision de ne pas y participer était donc liée à cette période, qui coïncide avec ma période de coupure. Avec une année 2023 déjà bien remplie et une année 2024 qui s’annonce encore plus intense, surtout avec la pression accrue, il était important pour moi de prendre du recul et de ne pas vouloir m’engager sur trop de fronts. J’espère pouvoir y participer ultérieurement. »

Photo : Valentin Fortin

Quelle est ta discipline de prédilection ? Pourquoi ?

Valentine Fortin : « Tout le monde répondrait probablement l’élimination, mais à vrai dire, je n’en sais rien. J’aime tout ! Si on parle de la piste, j’adore tout : l’adrénaline, l’ambiance, la tactique, que ce soit en Poursuite par Équipes, en Américaine, en Omnium ou en Élimination ».

« Sur la route, mon éclosion s’est produite un peu plus tard, passant professionnelle à la sortie de la catégorie espoir. Je pense que c’était la bonne chose à faire, car j’ai mûri un peu plus tard que les filles de mon âge. Aujourd’hui, cela m’apporte un avantage conséquent, car je sais comment lever les bras à l’arrivée. Donc, chaque chose en son temps, étape par étape, et cela s’avère extrêmement payant.

« La double activité est un équilibre formidable. Aujourd’hui, si on me demandait de choisir une discipline, ce serait compliqué et impossible pour moi. J’ai besoin de ces deux piliers pour être performante. »

L’analyse de Cindy Pomares : Pour les fins connaisseurs des épreuves sur piste, Valentine Fortin est la coureuse qui démontre les plus belles qualités sur l’une des épreuves les plus stressantes pour les spectateurs et les coureuses : l’élimination. Cette épreuve où tu es déjà à des fréquences cardiaques de Seuil, alors que tu es encore accrochée à la balustrade de départ. Valentine a un don pour se « sortir de la boite », domptant subtilement la vague en sortie de virage, elle réussit à se faufiler pour ne pas se laisser enfermer et « survivre » jusqu’aux dernières combattantes. Une façon de faire subtile à montrer aux écoles de vélo et à certaines coureuses qui préfèrent utiliser la force que la finesse, quitte à se retrouver sur le dos…

Que penses-tu du parcours du Tour de France 2024 ? Est-ce dans ta tête en enchaînement JO ou pas du tout ?

Valentine Fortin : « Sincèrement, je n’y ai pas trop pensé. J’habite à Grenoble depuis 3 ans, et l’arrivée à l’Alpe d’Huez devant les amis et la famille, ça fait rêver. L’enchaînement peut se faire, même si la piste est dans la dernière partie du programme des JO, donc l’enchaînement avec le Tour de France peut être fatigant. En 2021, l’après-JO a été très positif, j’étais en très bonne forme, donc je pense que c’est jouable. Cependant, ce n’est pas la même préparation que pour tout le monde. Le début du parcours aux Pays-Bas peut être plutôt positif pour nous les pistardes, mais après, cela se complique rapidement. C’est possible, je ne me ferme pas la porte. Mais en tout cas, ce sont les Jeux avant le Tour et avant tout ! »

L’analyse de Cindy Pomares : Toujours la même opinion sur ce Tour de France un peu trop hors de France à mon goût mais il est clair que les premières étapes rapides, venteuses et glissantes pourraient convenir à Valentine.

Valentin Fortin victoire Grand Prix Isbergues 2023
Valentin Fortin a remporté le Grand Prix d’Isbergues 2023 en septembre. Photo : FFC/Nicolas Vaucouleur

Un échange plein de lucidité, de rigueur et d’ambition. Il est évident que Valentine Fortin est solidement positionnée pour repousser ses limites au cours de la saison 2024. Nous lui souhaitons alors bonne chance, et plus encore : bonne préparation !

Toutes les actualités