Audrey Cordon-Ragot : « Je me suis surprise » Audrey Cordon-Ragot a connu une saison 2023 bouleversée mais a pourtant obtenu de très bons résultats. Photo : Human Powered Health/Getty Images

Dans le monde du cyclisme féminin, et plus encore dans le microcosme du cyclisme breton, Audrey Cordon-Ragot ne nécessite aucune présentation. Son nom résonne non seulement grâce à son palmarès, mais également en raison de son engagement et de ses prises de position en faveur du développement du cyclisme féminin.

Audrey Cordon-Ragot (34 ans) est une figure emblématique. Elle a représenté la France aux Jeux Olympiques et est l’une des premières cyclistes à avoir franchi les frontières nationales pour rejoindre des équipes étrangères (Wiggle / Trek / Human Powered Health), mettant ainsi en lumière le rôle crucial des équipières. Plus récemment, elle a courageusement partagé les aspects moins reluisants du sport de haut niveau, en faisant état de son combat après un AVC et en levant le voile sur les dessous des équipes fictives.

Audrey Cordon-Ragot s’est donc prêtée à une interview plus « intrusive » sur son bilan de l’année 2023 et ses aspirations pour 2024. Au-delà des questions traditionnelles, j’ai ajouté ma touche de rustine personnelle à cet entretien, en vous offrant mon analyse qui, je l’espère, enrichira encore davantage la compréhension de la femme et cycliste qu’est Audrey Cordon-Ragot.

Le bilan de la saison 2023 d’Audrey Cordon-Ragot

Tu as réalisé un sacré bon début de saison avec de nombreuses places sur des sprints, avec l’équipe Zaaf. As-tu travaillé davantage tes qualités de sprints à l’entraînement par rapport aux années précédentes ou est-ce un déclic ? Un changement de rôle dans l’équipe ?

Audrey Cordon-Ragot : « C’est vrai que je me suis surprise sur les classiques de début de saison. Cela faisait quelques années maintenant que je ne sprintais plus car j’avais toujours dans l’équipe quelqu’un de plus rapide que moi. Au final, j’ai toujours eu cette pointe de vitesse et avec mon entraîneur (Paul Herman) on s’était dit que ça serait cool de le bosser pendant l’hiver et ça a payé. Après on était sur des sprints en « petits » comités après une course usante. Je me frotte rarement aux sprinteuses quand ça arrive à une cinquantaine, je ne suis plus assez kamikaze ».

L’analyse de Cindy Pomares : Audrey Cordon-Ragot, qui a longtemps excellé en tant qu’équipière, a réussi à dévoiler une facette plus personnelle de sa course et un bon niveau au sprint en début de saison, sous les couleurs de l’équipe Zaaf. Cependant, elle a moins eu l’occasion de jouer les sprints sur la fin de saison avec l’équipe Human Powered Health. Cette transition met en lumière la question délicate des rôles au sein des grandes équipes, où le sacrifice individuel peut parfois limiter voire priver les équipières de la possibilité de s’engager pleinement dans des sprints et de déployer leur potentiel maximal.

Quelle place occupes-tu dans l’équipe Human Powered Health ? Quelle est ta « meilleure coéquipière » ?

« On va dire que j’ai la double casquette de leader sur les courses qui me correspondent et de chef de file quand que je n’ai pas le rôle de leader. Je n’ai pas de « meilleure » coéquipière, elles ont toutes des qualités qui à un moment me sont précieuses. »

Audrey Cordon-Ragot aura un œil sur le chrono palois lors du Tour de France. Photo : Human Powered Health Cycling
Audrey Cordon-Ragot a réalisé une bonne partie de la saison 2023 sous les couleurs de l’équipe Human Powered Healt. Photo : Human Powered Health Cycling

Les Championnats d’Europe réussies de l’équipe de France

Ton bilan sur les Europes ? As-tu ressenti une déception personnelle lors du contre-la-montre individuel, ou au contraire, une satisfaction collective dans l’épreuve du contre-la-montre par équipe ?

« Les deux. Quatrième à quelques secondes de la 2ème place c’est rageant. Je me sentais forte et il n’a pas manqué grand-chose alors j’étais évidemment revancharde le lendemain sur le relais. Le relais c’est une discipline qui surprend par son suspens, on m’en reparle très souvent, les gens ont adoré et ont vibré avec nous c’était un grand moment pour nous tous, coureurs et staffs. »

L’analyse de Cindy Pomares : Frustrant quand ça se joue à deux petits boyaux (4 secondes). Mais c’est un beau résultat après avoir laissé échapper le titre National sur le Championnat de France CLM de Cassel.

Quel est ton avis sur la place du contre-la-montre mixte aux Championnats d’Europe ? Et comment vois-tu le fait que certaines nations ne jouent pas encore le jeu dans cette discipline ?

« Je pense que c’est une discipline d’avenir, on voit de plus en plus de compétition mixte sur les JO par exemple. Je ne serais pas étonnée qu’elle remplace l’individuel dans les prochaines années. L’équipe de France a toujours pris le relais au sérieux au même titre que les autres grosses nations du CLM comme la Suisse ou les Pays-Bas. Tous les ans, la startlist s’agrandit et le niveau s’élève. Ce n’est pas une sous-discipline : je vous assure qu’on la prend très au sérieux. »

L’analyse de Cindy Pomares : Qu’il est beau ce maillot de Champion d’Europe ! Audrey souligne le potentiel croissant du contre-la-montre mixte, une discipline qu’elle perçoit comme une voie d’avenir. L’évolution constante suggère que cette discipline est en train de gagner en importance, ce qui devrait donner des paillettes aux spécialistes souvent limités en termes de compétitions dans leur calendrier.

Chronique Cindy Pomares retour sur les Championnats d'Europe 2023
La France a brillé sur les Championnats d’Europe, de quoi offrir à la chronique de Cindy Pomares un sujet complet pour cette 7e édition. Photo : Cor Vos

Quelles projections pour la saison 2024 d’Audrey Cordon-Ragot ?

As-tu déjà repris l’entraînement, et envisages-tu des changements dans ta préparation cette saison ?

« Oui j’ai repris depuis deux petites semaines : tranquillement avec de la course à pied, du VTT et un peu de route. Je souhaite cette année m’entourer d’un préparateur mental et avoir un suivi diététique plus poussé. Sinon on continue sur la même lancée avec mon acolyte de coach Paul Herman et un petit nouveau dans mon entourage proche Guillaume Hamon qui prend le relais pour ma préparation physique. »

L’analyse de Cindy Pomares : En toute subjectivité possible ; un staff de haute qualité !

Après avoir reconnu les parcours des Jeux Olympiques, quelles sont tes impressions ? Comment juges-tu les deux parcours : contre la montre et route ?

« Les deux parcours sont plutôt pour me plaire, un chrono de spécialiste très roulant où il faudra amener du braquet et avoir une position irréprochable. Pour l’épreuve route, elle se divise en deux avec une partie très urbaine au début et à la fin, et en plat de résistance une grande boucle en vallée de Chevreuse avec des bosses de 3/4’ qui me conviennent bien. Dans l’ensemble, ce sont deux parcours qui conviennent à mon profil, à moi d’aller chercher ma sélection. »

L’analyse de Cindy Pomares : Le contre-la-montre plat nécessite un travail digne des Formule 1, avec des grosses Watts à sortir. A J-2 de l’épreuve route, qui elle, exigera une résistance et une tactique différente avec des caractéristiques longues, usantes et punchy. N’est-il pas dangereux de viser les deux ? Un défi de taille pour les sélectionneurs. Bon courage à eux !

Quel est ton avis sur le parcours du Tour de France Féminin 2024, (il s’éloigne une nouvelle fois de la Bretagne) ?

« Oui, c’est une nouvelle fois loin de la maison et c’est bien dommage, mais ça n’enlève rien au fait que c’est un beau parcours. Un parcours complet, il y en aura pour tout le monde. »

L’analyse de Cindy Pomares : La déception de voir le Tour de France Féminin s’éloigner de la Bretagne est palpable pour toute la communauté bretonne. D’autant plus lorsque la moitié du parcours se déroule hors de France (4 étapes). Cette disproportion semble se justifier par des appels financiers et des contraintes de sécurité liées aux JO. Soulignons tout de même la richesse du parcours, diversifié et complet. Les étapes françaises, longues et usantes, semblent adaptées à la résistance physique et mentale d’Audrey Cordon-Ragot. Affaire à suivre !

Tour de France Femmes 2024 parcours carte détaillée
La carte détaillée du parcours du Tour de France Femmes 2024.

Remerciements à Audrey Cordon-Ragot, pour ses réponses entre deux tempêtes bretonnes. Son parcours ambitieux, marqué par la polyvalence et la résilience inspire et souligne l’importance de la détermination dans le monde du cyclisme féminin. Le meilleur pour la saison à venir, Kenavo !

Toutes les actualités