Julian Alaphilippe : « Je ne voulais pas qu’on pense que je me cherche des excuses » Julian Alaphilippe a roulé durant toute les classiques flandriennes avec une fracture du genou. Photo : Cor Vos

Julian Alaphilippe s’est fracturé le genou lors des Strade Bianche, le 2 mars dernier. Le coureur français vient de le révéler lors d’un entretien qu’il a accordé au journal Le Parisien.

Julian Alaphilippe (31 ans) a révélé au journal Le Parisien qu’il souffrait d’une fracture du genou depuis la chute dont il a avait été victime le 2 mars dernier lors des Strade Bianche 2024. Lors de cet entretien, le coureur français de l’équipe Soudal Quick-Step précise avoir gardé cette information confidentielle jusqu’ici pour éviter, selon lui, qu’on lui reproche de chercher des excuses. Pour rappel, l’ancien double champion du monde s’était classé 9e de Milan-Sanremo 2024, deux semaines après sa chute sur les Strade Bianche.

Julian Alaphilippe : « Je pouvais rouler même si j’avais mal »

« Je ne voulais pas le dire, car je ne voulais pas qu’on pense que je me cherche des excuses. Mais je suis tombé très lourdement aux Strade Bianche. Et cette chute m’a bien sonné. J’avais mal physiquement au genou gauche et j’ai passé ensuite un très mauvais Tirreno-Adriatico en serrant les dents. Je pouvais rouler même si j’avais mal. Mais je l’ai fait en mode fantôme, en ne faisant que souffrir sans pouvoir m’exprimer. »

Julian Alaphilippe : « La tête a voulu décider à la place du genou »

Après Milan-Sanremo (16/03), ressentant toujours de vives douleur au genou, Julian Alaphilippe s’est finalement résolu à passer des examens qui ont donc révélé cette fracture. Malgré tout, le coureur français a tenu à s’aligner sur les classiques flandriennes. « C’est mon erreur ! Déjà que ce sont des courses très difficiles quand tu es à 100 %. Mais avec cette blessure qui me diminuait, c’était trop compliqué. La tête a voulu décider à la place du genou. »

Toutes les actualités